« A partir de cette date et jusqu’à mon exil je n’ai plus rien produit ».

Victor Hugo est né le 26 février 1802. Il a écrit plusieurs romans, des recueils de poésies, des poèmes et des pièces de théâtre. Il a écrit Cromwell paru en 1827 et Hernani paru en 1830 qui ont eu de très gros succès. Aujourd’hui, vendredi 15 mars 1852, nous l’avons interviewé sur ses pièces de théâtre.

-Comment avez-vous commencé votre carrière d’ auteur de théâtre ?

-J’ai débuté ma carrière en publiant dans les journaux, en écrivant des romans et des pièces de théâtre. J’ai écris ma première pièce de théâtre « Cromwell » à l’âge de vingt-cinq ans en 1827.

 -A votre avis pourquoi Cromwell a fait autant parler d’elle ?

– Elle représente tout d’abord le portrait de Lord Cromwell mais surtout elle est composée de six mille vers et de soixante-dix personnages, quasiment injouable et elle jetait les bases du courant romantique et du drame comme genre théâtre.

 -A partir de quelles années vous vous êtes consacré au théâtre ?

-Je me suis consacré presque exclusivement au théâtre dans les années 1830 à 1843 ; mais néanmoins j’ai publié des recueils de poésies comme  Feuilles d’automne en 1831 ou comme Les voies intérieures  en 1837.

 -D’où vient le nom « bataille d’Hernani » ?

-Son nom vient de l’année de la création d’Hernani en 1830, qui est l’occasion d’un affrontement littéraire fondateur entre anciens et modernes. Théophile Gautier s’enthousiasmait pour cette œuvre romantique, combat qui restera dans l’histoire sous le nom de « bataille d’Hernani ».

 -Est-ce vrai qu’une de vos pièces a déjà été interdite ?

-Oui, il y a eu Marion de Lorme, interdite une première fois en 1829 mais elle fut montée en 1831 au théâtre de la Porte-Saint-Martin. Ensuite il y a eu Le roi s’amuse au théâtre-Français. Cette pièce a été interdite en 1832, mais je me suis indigné dans la préface originale.

 – Vous est-il arrivé de manquer de salles pour vos pièces ?

-Oui, cela m’est déjà arrivé, il manquait de salles pour jouer les drames nouveaux. Alors j’ai décidé avec Alexandre Dumas de créer une salle dédiée aux drames romantiques.

 – Comment ces drames romantique ont-ils été accueillis par le public ?

-Je me suis heurté aux difficultés matérielles et humaines lors de la création de toutes ces pièces. Elles ont été régulièrement sifflées par un public peu sensible au drame romantique même si j’ai reçu de la part de mes admirateurs beaucoup d’applaudissements.

 -Pourquoi avez-vous fait une pause dans la création théâtrale  ?

– J’ai fait une pause dans le monde du théâtre après la mort de ma fille Léopoldine et de son mari noyés dans la Seine, le 4 Septembre 1843. J’ai appris cela par la presse alors que j’étais dans les Pyrénées avec ma maîtresse Juliette Drouet. A partir de cette date et jusqu’à mon exil, je n’ai plus rien produit. Mais ne vous inquiétez pas, j’ai recommencé à écrire.

interviewé par Juliette O. et Marie M.

1 Comment

Laisser un commentaire